Méditation : Attention !

par | 12 Sep. 2020 | 0 commentaires

Il est reconnu que la méditation est bénéfique dans de nombreuses situations.

Elle a toutefois des effets indésirables chez 8% des individus.

C’est ce que révèle une étude récente que je vous propose de découvrir ici.

Modélisation du cerveau

La méditation est largement reconnue pour ses effets positifs sur l’esprit. L’engouement pour cette pratique provient généralement de la prise de conscience visant à limiter la consommation médicamenteuse pour gérer toutes sortes de problèmes, mais aussi pour le simple bien-être ou encore le développement personnel.

Il existe de nombreux types de méditation. En Occident, la technique la plus communément pratiquée s’appelle la méditation pleine conscience (mindfulness). Elle est adaptée de la tradition extrême-orientale bouddhiste Vipassana.

Cette méthode consiste à focaliser son esprit pour observer une situation, une émotion ou une sensation physique dans le but d’en ressentir tous les aspects et obtenir ainsi une compréhension, une « conscience », plus large.

L’étude

Le chercheur Miguel Farias et son équipe de l’Université de Coventry se sont penchés sur les effets indésirables de la méditation. Ils ont pour cela effectué une analyse statistique au travers de 83 études expérimentales, d’observations et d’études de cas. Ils ont publié leurs travaux en août 2020 sous le titre : « Événements indésirables dans les pratiques de méditation et les thérapies basées sur la méditation : une revue systématique »
.
L’interprétation des résultats démontre que si la méditation est plutôt bénéfique dans la grande majorité des cas, un peu plus de 8 % des individus subissent des conséquences indésirables de types neurocognitifs (20 %), psychiatriques (49 %) ou somatiques (31 %).

Plus concrètement, l’étude relève des événements indésirables dans les domaines suivants :

  • anxiété
  • dépression
  • problèmes cognitifs
  • stress
  • hallucinations visuelles et auditives
  • symptômes psychotiques
  • douleur
  • résurgences d’expériences traumatisantes
  • peurs et terreurs
  • dépersonnalisation et dissociation
  • problèmes gastro-intestinaux
  • comportements suicidaires.

Ces effets indésirables se traduisent aussi bien par l’aggravation d’un état existant, mais également par l’apparition de symptômes chez des personnes n’ayant aucun antécédent.

Il semble donc que dans certains cas l’esprit peut se rebeller contre soi quand on veut le contrôler !

La bonne attitude

Si vous pratiquez la méditation seul(e) et pensez être dans ce cas, cela ne veut pas dire qu’il vous faille arrêter de pratiquer la méditation, mais c’est un signe que vous devriez reconsidérer votre méthode.

Évitez de l’exercer par vous-même et rapprochez-vous d’un professeur qui pourra vous accompagner par de la méditation guidée et adaptée à vos besoins.

C’est peut-être aussi maintenant le moment de considérer une autre technique qui vous convient mieux.

Référence : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/acps.13225

Merci d’avoir pris le temps de me lire !

Je propose des coachings en thérapies brèves et hypnose dans mon cabinet à Lausanne et à distance par visio-conférence sécurisée.

Si vous voulez réagir à cet article vous pouvez me contacter, laisser un commentaire ou visiter ma page Facebook. Vous pouvez également recevoir les annonces de mes nouvelles publications en vous inscrivant à ma newsletter.

Jef

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles du blog :

VENEZ ME VOIR

Av du Vingt-Quatre-Janvier 8
1004 Lausanne
sur Rendez-vous

APPELONS-NOUS

078 771 81 42

ECRIVONS-NOUS

info@larher.ch

Share This

Vous aimez cet article ?

Partagez le avec vos amis !