Dans la tête d’un adulte HP

par | 12 Oct. 2019 | 0 commentaires

Imaginez que votre fonctionnement cérébral vous amène à percevoir le monde avec une acuité plus fine que la grande majorité de la population,

que vous soyez capable de réfléchir plus vite, plus loin… beaucoup plus vite, beaucoup plus loin… parfois même beaucoup trop vite, beaucoup trop loin !

Modélisation du cerveau

On me demande souvent : mais pourquoi accompagnez-vous les adultes surdoués ? S’ils sont intelligents, ils devraient trouver par eux-mêmes les solutions à leurs problèmes ? La réalité est malheureusement tout autre.

Qui sont ces « HP » ?

La littérature leur donne beaucoup de synonymes : doués, surdoués, hauts potentiels (HP), hauts ou très hauts quotients intellectuels (HQI ou THQI), surefficients, génies, intellectuellement précoces, zèbres (terme proposé par Jeanne Siaud-Facchin). J’utiliserai très arbitrairement le terme « HP » dans cet article (c’est plus rapide à écrire).

ll est commun d’admettre que ce sont des personnes dotées d’un développement intellectuel supérieur à la moyenne (d’après la définition du dictionnaire) et ayant un QI supérieur à 130 selon le test psychométrique de Weschler WAIS IV. Ce test est celui qui sert actuellement de référence.

Alors où est le problème ?

Imaginez que votre fonctionnement cérébral vous amène à percevoir le monde avec une acuité plus fine que la grande majorité de la population, que vous soyez capable de réfléchir plus vite, plus loin… beaucoup plus vite, beaucoup plus loin… parfois même beaucoup trop vite, beaucoup trop loin !

En effet, les surdoués ne représentent, selon les statistiques et les critères pris en compte, qu’environ 2 % de la population. Ces adultes se retrouvent parfois en décalage social et doivent souvent se suradapter pour rester en lien avec leurs proches, ce qui n’est pas sans générer d’immenses souffrances chez certains d’entre eux.

Beaucoup d’adultes découvrant parfois très tard leur potentiel passent souvent par le déni de celui-ci. J’entends souvent des discours tels que « J’ai tout raté dans ma vie, ce n’est pas possible, je ne peux pas être surdoué ! » ou « Je ne mérite pas ma situation » ; « Mes proches disent que j’ai des idées bizarres, je dois être fou, et quand je bricole, j’ai deux mains gauches. Si j’étais intelligent, je serais comme Einstein ! ».

D’autres HP, conscients de leurs capacités, ont vécu leur douance en secret, usant de mille stratégies pour l’occulter de peur de se retrouver au ban de la société.

Non, la douance n’est pas une pathologie, mais seulement un ensemble de caractéristiques cérébrales qui font qu’une minorité de personnes ont développé des compétences cognitives et/ou émotionnelles avec une plus grande profondeur que la majorité de leurs congénères.

Maintenant, il est vrai que ce n’est pas non plus une généralité. Certains HP gèrent très bien leurs aptitudes et font de belles carrières. Ils ont une vie sociale et intime épanouie. Tout dépend de la manière dont ils se sont construits, de l’homogénéité entre les différents aspects de leur intelligence et de leur personnalité.

Mais passons en revue quelques-unes de ces caractéristiques les plus couramment rencontrées chez l’adulte HP :

Ils est curieux et passionné.

Souvent autodidacte et d’une grande maturité intellectuelle, le HP a souvent 20 projets en cours qu’il réalise avec passion et 50 dans les tiroirs. Il ne sait pas se contenter de généralités et n’est satisfait que quand il maitrise un sujet complètement. Une fois les compétences acquises, il a tendance à se désintéresser du sujet et sa curiosité l’amène parfois à laisser les choses inachevées pour s’investir vers de nouveaux challenges : Il sait qu’il a la capacité de les finaliser de toute façon !

Ce n’est donc pas un hasard si beaucoup de HP enchaînent les jobs sans réellement se fixer dans une société. Toutefois, sur un sujet qui le passionne particulièrement, le HP peut pousser ses connaissances jusqu’à devenir un expert de référence.

Perfectionniste devant l’éternel

Il a tendance à être très exigeant envers lui-même et mets souvent la barre très haute dans ses objectifs. Cette attitude l’amène à parfois réaliser des tâches en apparence simples avec une certaine inertie. Ce perfectionnisme peut le conduire finalement à l’autodénigrement.

Il pense en « flux tendu »

Il y a toujours quelque chose en cours d’analyse dans la tête d’un HP. A son grand désespoir, du réveil au coucher, son cerveau ne s’arrête jamais de penser. Il est capable d’intégrer, d’analyser, de décomposer des concepts complexes et de développer un florilège d’éventualités pour proposer une multitude de nouvelles idées, souvent originales et hors du cadre commun.

Toutefois il se trouve en difficulté quand il doit synthétiser et expliquer son raisonnement. L’important pour lui étant l’objectif plutôt que le processus qu’il trouve rébarbatif. Documenter ses idées est également une perte de temps, car il a déjà tout en tête et mobilise déjà son énergie cérébrale pour autre chose.

Ses réflexions occupant son esprit en permanence, il peut apparaître distrait, en manque d’attention sur l’instant présent.

Sa grande maturité intellectuelle est parfois en décalage avec son développement affectif et psychomoteur.

Langage développé

Il maitrise généralement très bien le langage avec un vocabulaire développé. Il a souvent un humour décalé, voire sarcastique quand il est agacé.

Manque de confiance

Quand il est en souffrance, il considère ne pas mériter ses compétences et se perçoit comme un imposteur. Sa facilité à acquérir aisément de nouveaux concepts le met mal à l’aise par le peu d’effort qu’il lui semble nécessaire de fournir dans l’apprentissage. De plus son entourage peut-être vite dépassé et adopte dans ce cas des comportements de dévalorisation et de rejet. Dans cette situation, le HP a par conséquent très peu de validation externe de ses capacités.

Il aime avoir le choix.

Il supporte mal les environnements où il faut appliquer à la lettre des procédures, car il préfère l’option de pouvoir apporter ses compétences dans une recherche incessante d’optimisation et de renouveau. Il a du mal à faire le choses deux fois de la même manière.

C’est un grand sensible

Bien que souvent très rationnel, il peut être très émotif et son hypersensibilité peut le submerger. Il peut être capable de s’émouvoir devant un dessin animé pour enfants. Il a souvent les cinq sens exacerbés et peut-être très sensible aux stimulus sensoriels de toutes natures (hyperesthésie).

Valeur de justice et besoin de cohérence.

Le HP a un système de valeurs bien établi. En général, il ne supporte pas l’injustice, cela le met en colère et l’incohérence dans le comportement d’autrui l’agace. Ses valeurs l’amènent également à un certain altruisme.

Parfois dans la plainte du dictateur

Son narcissisme fragile peut l’amener à se plaindre de tout et rejeter la faute sur les autres pour finalement reprendre le contrôle avec un sentiment illusoire de toute puissance. Cette oscillation entre les deux extrêmes est l’expression d’une faible image de lui-même.

Rapport à l’autorité

Il n’accepte l’autorité que s’il peut sincèrement la respecter, c’est-à-dire qu’elle est cohérente sans son attitude et qu’elle peut répondre sur un niveau égal ou supérieur à ses besoins cognitifs. Ses capacités peuvent l’emmener à surpasser les compétences de sa hiérarchie. De nombreux HP sont de ce fait en difficultés professionnelles, errent de société en société et trouvent finalement leur voie dans l’autonomie entrepreneuriale.

Décalage

Finalement le HP se retrouve désynchronisé avec le rythme de son environnement social. Cela peut lui donner une sensation désagréable d’incompréhension du monde. Ce malaise le conduit parfois à un sentiment de grande solitude.

En résumé

Ces informations peuvent vous donner quelques indices si vous avez des soupçons sur votre douance et si vous pensez nécessaire de vous rapprocher d’un professionnel pour mieux la comprendre et l’utiliser avec une meilleure écologie.

J’accompagne les adultes HP en difficulté à s’approprier leur douance et, pourquoi pas, la transformer en talent ?.

J’écrirai d’autres articles sur des aspects plus spécifiques liés aux différentes formes d’intelligence… Stay tuned !

Le développement cérébral du HP

Le cerveau des HP se développe d’une manière sensiblement différente d’un cerveau « standard » :

  • Il est plus efficace (moins d’activation pour des tâches moyennes, consomme moins de glucose)
  • Il est plus rapide (vitesse de transmission mesurée par potentiels évoqués)
  • Il est plus puissant (activation remarquable du lobe pariétal dans les problèmes complexes)
  • Il se développe plus vite
  • Il utilise parfois des régions supplémentaires (non sollicitées chez les personnes normales)
  •  Il présente une meilleure connectivité (inter-hémisphérique et intra-hémisphérique) Sue ce point, les différences sont plus quantitatives et restent ténues.
  • La densité des neurones chez les personnes surdouées est plus du double de la moyenne.
  • La matière blanche se constitue plus vite et est plus dense que dans une population normale. (1)

(1)Nicolas Gauvrit, « Les surdoués ordinaires », 2014 Nielson, and al., PLOS 2013 
Nusbaum, Revol: « Les philo-cognitifs », 2019

Merci d’avoir pris le temps de me lire !

Vous pouvez me contacter, laisser un commentaire ou visiter ma page Facebook si vous voulez réagir à cet article. Vous pouvez également recevoir les annonces de mes nouvelles publications en vous inscrivant à ma newsletter.

Jef

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles du blog :

Méditation : Attention !

Méditation : Attention !

Découvrez comment la pratique de la méditation pleine conscience provoque des effets indésirables chez 8% des personnes.

lire plus

VENEZ ME VOIR

Av du Vingt-Quatre-Janvier 8
1004 Lausanne
sur Rendez-vous

APPELONS-NOUS

078 771 81 42

ECRIVONS-NOUS

info@larher.ch

Share This

Vous aimez cet article ?

Partagez le avec vos amis !